fbpx
Le workation, un visa qui fusionne travail et vacances

Le Workation : Ce pays d’Asie adopte un visa fusionnant travail et vacances

Vincent Mabire - Il y a 2 mois

Le terme « workation » résulte de la fusion entre « work » (travail) et « vacation » (vacances). Bien que ce concept remonte à juillet 2011, selon les données de Google Trends, ce n’est qu’aux alentours d’octobre 2020 qu’il a connu une montée en popularité. Alors que la Corée du Sud vient de lancer un visa spécial d’une durée de deux ans, une question demeure : ce mélange est-il le meilleur moyen pour se déstresser et faire le plein de motivation ?

Qui sont les « nomades numériques » ?

Le terme « nomades numériques » fait référence à des travailleurs dont le lieu de travail n’est pas fixe, leur permettant d’exercer leur activité professionnelle de n’importe où. Avec la pandémie de COVID-19 qui a redéfini les notions de flexibilité et de télétravail, de nombreux pays envisagent d’introduire un « visa nomade numérique » afin de permettre aux travailleurs de maintenir leur emploi tout en résidant à l’étranger.

Cette catégorie regroupe divers métiers tels que graphiste, designer 3D, web designer et illustrateur.

Quels sont les avantages du workation ?

Le « workation », mélange de travail et de vacances, présente divers avantages, notamment la réduction du risque de burnout chez les travailleurs et la possibilité de rester à jour sur leurs échéances tout en ayant la liberté de changer d’environnement.

Découvrir de nouveaux horizons durant les pauses favorise un meilleur entretien du bien-être mental tout en stimulant la créativité et la productivité.

Cependant, il est essentiel de souligner que ce concept ne saurait remplacer la déconnexion offerte par de véritables vacances, car il peut parfois brouiller la frontière entre la vie professionnelle et personnelle, entraînant ainsi des risques de burnout.

Workation, mélange de travail et de vacances

Workation, mélange de travail et de vacances

Le nouveau visa « workation » sud-coréen

Depuis le 1ᵉʳ janvier, la Corée du Sud offre aux nomades numériques la possibilité de séjourner jusqu’à deux ans au lieu d’un. Grâce à ce visa, il est désormais possible de travailler à distance pour son entreprise tout en s’immergeant dans la culture du pays.

Cette décision vise à stimuler l’industrie touristique. Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a mis en place un plan dont l’objectif est d’attirer 30 millions de touristes d’ici cinq ans, générant ainsi trois-milliards de dollars de recettes touristiques.

Séoul, Corée du Sud

Séoul, Corée du Sud

Pour être éligibles à ce nouveau visa, les ressortissants doivent rassembler certains documents et les soumettre à l’ambassade sud-coréenne de leur pays respectif. Voici plus de détails sur les éléments requis :

  • Être en mesure de prouver un revenu annuel dépassant les 84,96 millions de wons, soit environ 60 000 euros.
  • Posséder une assurance maladie personnelle d’au moins 100 millions de wons, équivalent à environ 69 000 euros.
  • Être employé dans une entreprise étrangère et avoir travaillé dans le secteur depuis au moins un an.

Les bénéficiaires ont également la possibilité d’emmener leur conjoint et leurs enfants. Seul bémol, il leur sera impossible de cumuler un emploi en Corée du Sud en plus de leur travail à distance.

En complément de ce visa spécialement conçu pour les nomades digitaux, la Corée du Sud cherche également à attirer les jeunes passionnés par la culture et l’industrie du divertissement K-pop grâce à un « visa d’initiation à la K-culture ».

Réserver un vol
simplement sur Ulysse.com
Vincent Mabire - Il y a 2 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos thèmes